Comment lutter contre les douleurs chroniques liées à l’arthrose ?

L’arthrose est la problématique de l’appareil moteur la plus répandue parmi la population vieillissante. Près de 65% des plus de 65 ans sont touchés par cette maladie qui est l’une des causes principales de douleurs chroniques dans le monde.

En Europe, jusqu’à 20 % des consultations pour des douleurs chroniques sont liées à l’arthrose. Mais arthrose ne rime pas toujours avec douleurs vives. La maladie se présente en différentes phases.

La douleur de l’arthrose est-elle constante ?

Dans l’arthrose, les lésions du cartilage ne régressent pas, mais leur progression n’est pas linéaire non plus. L’évolution de la maladie peut être très rapide, et, par exemple, rendre nécessaire la pose d’une prothèse de la hanche en moins de 5 ans ou, au contraire, lente, sur plusieurs années, sans induire de handicap majeur. 

Dans l’arthrose, les douleurs se présentent souvent en poussées. Deux états se succèdent à un rythme imprévisible : 

  • des phases chroniques, au cours desquelles la gêne quotidienne est variable et la douleur modérée
  • des crises douloureuses aiguës accompagnées d’une inflammation de l’articulation, au cours desquelles la douleur est vive. C’est au cours de cette phase qu’intervient la destruction du cartilage. Il faut donc mettre l’articulation au repos lors des crises douloureuses.

Le saviez-vous ?

Le cartilage est une structure innervée, incapable de générer une douleur ou de l’inflammation. Ce sont les tissus adjacents dans l’articulation qui sont à l’origine de la douleur. En présence d’inflammation, générée par les lésions de l’arthrose, ces tissus deviennent sur-sensibles.

Aujourd’hui, il existe des traitements qui soulagent temporairement la douleur, mais leur prise doit être adaptée selon les différentes phases de l’arthrose.

Quels traitements symptomatiques contre la douleur liée à l’arthrose ?

 

Si la prescription médicamenteuse a beaucoup évolué au cours des dernières décennies, il n’existe encore à ce jour que des traitements symptomatiques de l’arthrose. Leur objectif est uniquement de lutter contre la douleur et non pas de guérir de la maladie.

Il existe plusieurs options pour diminuer la douleur arthrosique. Pendant longtemps, le paracétamol est resté l’analgésique prescrit en première intention, accompagné d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) par voie orale ou sous forme de gel lors des poussées inflammatoires ou encore d’opioïdes (codéines, tramadol) à certaines occasions. Des injections intra-articulaires de corticostéroïdes (limitées à 3/an/articulation), utiles dans les cas d’arthrose modérée à sévère, limitent également les douleurs pendant quatre à huit semaines.

Il existe également des traitements de fond contre l’arthrose, des médicaments anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL). Leur action est différée et il faut attendre quelques semaines voire mois de traitement pour juger de leur efficacité.

Des injections d’acide hyaluronique peuvent également être proposées. L’acide hyaluronique est l’un des composants du liquide synovial, qui lubrifie et protège naturellement les articulations. Une injection, en augmentant l’élasticité et la viscosité du liquide articulaire, soulage donc les douleurs du patient, surtout dans les premiers stades de la maladie. Cette méthode est déconseillée aux personnes sous anti-coagulants.

Le traitement contre l’arthrose est-il toujours identique ?

 Avec des nouvelles connaissances sur les ffets secondaires de ces médicaments, leur prescription a évolué. Le schéma classique paracétamol puis AINS en cas de crise et enfin opioïdes n’est plus un automatisme. Les médecins modulent aujourd’hui au cas par cas et il est important de consulter pour adapter son traitement.

Ainsi, le paracétamol n’est plus forcément prescrit en priorité aux plus jeunes, à qui l’on propose plutôt des AINS, mais sur une courte durée pour éviter les risques gastro-intestinaux et cardiovasculaires. Même s’il reste le premier antidouleur prescrit aux personnes âgées, le paracétamol est désormais dosé avec précaution car il peut aussi entraîner une anémie.

Quant aux opioïdes, ils ne sont, en France, prescrits qu’aux plus jeunes et avec modération, et plus rarement aux personnes âgées en raison du risque accru de chute. Et ce, d’autant plus que 30% des personnes ayant pris des opiacés plutôt que d’autres types d’antidouleurs avant une intervention chirurgicale continuent de souffrir malgré la réussite du geste chirurgical.

Du fait de nombreux effets secondaires, la prise de ces médicaments de façon chronique nécessite un suivi régulier avec le médecin traitant pour adapter les doses et les posologies lors des poussées ou en fonction de l’évolution de la maladie. Et il ne faut pas oublier que les médicaments ne sont pas les seules options face à la douleur. Ils doivent toujours être utilisés en association avec des mesures non médicamenteuses comme le sport.

Comment soigner l’arthrose sans médicament ?

 

Les techniques non médicamenteuses contre l’arthrose font partie intégrante du traitement contre la pathologie. Elles ont pour objectif de soulager la douleur et améliorer la capacité de mouvement des articulations atteintes. Elles peuvent prendre plusieurs formes :

le sport : s’il vaut mieux laisser les articulations au repos pendant les crises douloureuses pour limiter les dégradations du cartilage, la pratique sportive – adaptée et régulière – est en revanche conseillée et même bénéfique. Entretenir la mobilité des articulations, des muscles et des tendons sur le long terme améliore leur stabilité. Attention cependant à pratiquer uniquement des sports doux pour les articulations atteintes.

la kinésithérapie : les séances de kinésithérapie permettent de lutter contre la douleur, en complément des traitements médicamenteux. Les bonnes postures, les bons gestes au quotidien et une bonne utilisation des aides techniques peuvent soulager les articulations.

les cures thermales : la médecine thermale est utilisée depuis l’Antiquité pour soulager les personnes souffrant d’affections rhumatismales. Les bains individuels, douches, applications de boues, utilisation de gaz et de vapeurs thermales, massages sous affusion d’eau thermale, et exercices collectifs en piscine de mobilisation d’eau minérale montrent une efficacité à la fois sur la douleur mais aussi sur la mobilité articulaire.

la chirurgie : elle est généralement réservée aux personnes jeunes présentant une déformation articulaire, aux personnes qui ne sont pas soulagées par les traitements médicamenteux et dont l’arthrose est très invalidante, ou encore si la radiographie montre une destruction articulaire importante.

 

 

Les règles à suivre pour la prise d’antalgique

–  Le paracétamol : pour l’adulte, il n’est généralement pas nécessaire de dépasser 3 grammes par jour. Il convient d’espacer chacune des prises de 6 à 8h. Si les douleurs sont intenses et, sur accord de votre médecin, il est possible d’augmenter la dose jusqu’à 4 grammes de paracétamol par jour. Attention à ne pas depasser les 4 g/jour car cela peut devenir toxique pour le foie.

– Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ne jamais en prendre plusieurs en même temps (ex : aspirine + ibuprofène) car cela renforce la toxicité sur l’estomac et les intestins.

Quels traitements sont remboursés par la Sécurité sociale ?

Certains médicaments peuvent nécessiter une ordonnance mais ils ne sont pas tous remboursés :

– Les antalgiques : le paracétamol et les AINS sont remboursables par l’Assurance Maladie.

– Les anti-arthrosiques d’action lente (AASAL) : ils ne sont pas tous remboursés.

– Les infiltrations de corticoïdes : elles sont remboursables par l’Assurance Maladie.

– Les injections d’acide hyaluronique : elles ne sont remboursées par l’Assurance Maladie que si elles sont prescrites et réalisées par un rhumatologue, un médecin spécialisé en réadaptation ou un chirurgien orthopédiste (pour certaines articulations, par exemple le genou).

Faites nous part de vos commentaires

0 commentaires

D’autres articles pourraient vous intéresser…