Réseaux sociaux et isolement : où en est-on ?

En France, plus de la moitié des 60-69 ans utilisent au moins un réseau social. Dans un monde de plus en plus digital, l’influence des réseaux sociaux sur la qualité de vie pose question. Alors que chez les plus jeunes, réseaux sociaux riment avec isolement, avec l’âge, les tendances s’inversent.

Réseaux sociaux, de quoi parle-t-on ?

Un réseau social est un site internet qui permet aux utilisateurs et utilisatrices de communiquer et d’échanger des informations. Chaque personne est visible à travers son « profil » et peut se connecter aux autres afin de créer un réseau de connaissances : sa communauté.

Une multitude de réseaux sociaux pour des utilisations différentes

Aujourd’hui, les sciences de l’information et de la communication mettent en avant les différents usages de ces sites. Et les sites eux-mêmes se sont spécialisés. Il existe des réseaux sociaux de partage de photos, comme Instagram ou Snapchat. Des plateformes dédiées aux échanges professionnels comme Linkedin. Ou encore des réseaux sociaux de diffusion de vidéos comme YouTube.

Les réseaux sociaux se différencient selon l’âge des utilisateurs et utilisatrices mais aussi selon les cercles avec qui ils et elles souhaitent communiquer.

Prenons l’exemple des plateformes investies par les franges les plus jeunes de la population. 64% des personnes inscrites sur Instagram ont entre 13 et 34 ans et sur Snapchat, près d’un utilisateur sur deux a moins de 24 ans. Ces deux sites permettent de partager des photos, de manière plus ou moins instantanées. Alors pourquoi utiliser les deux ?

Car les usages qu’en font les internautes ne sont pas les mêmes. Les « snaps » sont principalement envoyés à des ami·es tandis que les photos publiées sur Instagram peuvent être visibles par un public plus large.

L’usage des réseaux sociaux, quelles différences entre les générations ?

L’utilisation d’internet par les seniors a considérablement augmenté ces dernières années. En France, près de 72% des personnes entre 40 et 59 ans, 58% des 60-69 ans, et 38% des plus de 70 ans ont déclaré utiliser au moins un réseau social en 2020.

Si Skype et Twitter sont très utilisés, Facebook remporte le palmarès du réseau social favori des plus de 65 ans. Au contraire, les moins jeunes ne représentent que 9% des utilisateurs de YouTube, pourtant premier réseau social utilisé en France, consulté chaque mois par plus de 74% des Français·es.

Par rapport aux jeunes internautes, pour qui les réseaux sociaux servent à s’informer, les personnes plus âgées utilisent les réseaux sociaux principalement pour se divertir et passer le temps. Leurs interactions sociales se font surtout en réel et moins par l’intermédiaire de plateformes virtuelles.

C’est donc dans les usages des réseaux sociaux que les différences générationnelles apparaissent. Vous n’utilisez pas les réseaux sociaux pour les mêmes raisons selon votre âge, et n’en subissez pas les mêmes conséquences.

Les nouvelles habitudes digitales des familles

Alors que les jeunes utilisent les réseaux sociaux pour établir et maintenir des relations, le manque d’interactions en personne est l’un des principaux moteurs d’utilisation des réseaux sociaux par les personnes âgées. La communication fréquente sur les réseaux sociaux est associée à une diminution de la solitude. En effet, comme les plateformes permettent d’entrer en contact plus rapidement et d’être informé des actualités de ses proches, les personnes âgées isolées, qui n’ont pas l’occasion de voir leur famille au quotidien, peuvent combler l’éloignement géographique par les réseaux sociaux. Groupes de discussion, publication de photos au quotidien, appels vidéos, nombreuses sont les possibilités de communication offertes par les réseaux sociaux. Ils permettent ainsi d’avoir des nouvelles régulières des membres de la familles plus ou moins éloignés, en voyage, travaillant à l’étranger ou confinés pendant une pandémie…

Il ne s’agit pas seulement de limiter l’éloignement social. L’utilisation des réseaux sociaux permet également aux aîné·es de prendre confiance. Publier des photos, personnaliser son profil ou parcourir le « fil d’actualité » (les informations publiées par ses contacts) aide à développer un sentiment de capabilité et d’autonomie, directement relié au bien-être.

Toutefois, un usage excessif des réseaux sociaux peut avoir des conséquences non négligeables sur la santé mentale et physique. Des chercheurs de l’université de Pittsburgh se sont d’ailleurs posé la question : « Se sent-on seul parce qu’on passe trop de temps en ligne, ou passons-nous trop de temps en ligne justement parce qu’on se sent seul ? »

Qu’est-ce que l’isolement social ?

« Situation dans laquelle se trouve une personne qui, du fait de relations durablement insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger », telle est la définition de l’isolement social donnée par le Conseil économique, social et environnemental en 2017. En France, une personne sur quatre est isolée (Étude Solitudes 2021).

Cette situation peut entrainer un affaiblissement de la santé physique. La solitude est à l’origine d’un stress chronique qui joue sur les voies métaboliques fondamentales du corps, comme la glycémie, la pression artérielle ou encore la formation de la mémoire. Outre l’impact social, l’utilisation excessive des écrans augmente les risques de troubles du sommeil.

C’est pourquoi l’Observatoire Régional de la Santé préconise la diminution maximum du temps d’écran dans la soirée ou en cours de nuit.

Les effets néfastes des réseaux sociaux

Pointés du doigt depuis plusieurs années, les effets néfastes des réseaux sociaux sur les jeunes constituent un enjeu majeur des politiques publiques de l’éducation et de la jeunesse. Fin 2021, la Fondation de France lançait l’alerte : 21% des 15-30 ans sont en situation d’isolement (Étude Solitudes 2021). Un chiffre qui a doublé en un an de crise sanitaire.

En situation d’isolement, les jeunes adultes connectés plus de 2h par jour sur les réseaux sociaux semblent 2 fois plus sujets à l’anxiété sociale.

Mais ce ne sont pas seulement les jeunes qui sont touchés par cet oxymore qu’est la solitude des réseaux sociaux. Environ 20% des plus de 65 ans disent se sentir plus seuls à cause des médias sociaux car ils remplacent les contacts en direct.

En résumé, utiliser les réseaux sociaux pour rester en contact avec des amis et forger des connexions hors ligne peut ajouter de la vitalité à la vie d’une personne déjà isolée. Mais, pour garder une utilisation saine, il faut veiller à ce que les connexions en ligne ne se substituent pas aux liens hors ligne.

Faites nous part de vos commentaires

0 commentaires

D’autres articles pourraient vous intéresser…