Saviez-vous que votre mutuelle peut vous proposer un service de protection juridique ?
Très utile, cette prestation est pourtant peu connue.
Voyons ensemble deux types de protections qui pourraient jouer en votre faveur (même si nous espérons que vous n’en aurez jamais besoin !).

a) La protection juridique en cas de litige

Prenons le cas des maladies nosocomiales, par exemple.
Admis(e) à l’hôpital pour une mauvaise chute dans votre jardin (les accidents de la vie courante sont très fréquents, vous en ressortez en ayant contracté la covid-19.
Si une telle situation vous arrivait, que feriez-vous ?

On y pense peu avant d’y être directement confronté(e), mais les litiges avec son médecin ou déclenchés après une hospitalisation, cela arrive !
Il est pourtant difficile d’établir une estimation précise des personnes concernées, tant les chiffres varient d’une source à l’autre.
L’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux (Oniam) fait part de 4500 demandes d’indemnisation en 2020. Des associations de défense de patients, comme l’Association d’Aide aux Victimes d’Accidents Corporels (AAVAC) ou le Lien, avancent des chiffres allant de 10 000 à 50 000 décès par an liés aux erreurs médicales, sans qu’ils soient vérifiables.

Pour éviter toute prise au dépourvu de ce type, des mutuelles, comme Mutuelle Entrain, proposent justement une assistance juridique.

Celle-ci concerne :
– les erreurs médicales
– le non-respect du secret médical
– les maladies nosocomiales (vous l’aurez compris)
– les accidents du travail
– la pollution industrielle

Pour éviter que cet article ressemble à une liste à la Prévert, nous vous invitons à vérifier les clauses qui vous concernent en vous référant à la notice d’information relative à la protection juridique de votre contrat
La protection juridique revêt différentes formes, allant d’un service d’information juridique accessible par téléphone jusqu’à l’accompagnement et la défense judiciaire dans le cas où la recherche d’une solution amiable n’aurait pas abouti.

b) La protection juridique « Vie privée »

Si l’usage et la démocratisation d’internet et des réseaux sociaux présentent de nombreux avantages, ils ont également quelques inconvénients. Certains sont de taille : isolement, addiction aux écrans, usurpation d’identité ou encore atteinte à l’e-réputation. Ces nouveaux outils sont régulièrement utilisés dans le cadre de cyberharcèlement ou de surveillance digitale.

L’e-réputation est votre réputation sur internet : elle est liée à ce que vous partagez sur les réseaux et ce qui est dit de vous. Les utilisateurs et utilisatrices d’internet ne sont pas toujours formés aux bons usages du web, et il arrive que certaines informations soient retournées contre eux.

La prévention reste encore une fois la meilleure stratégie , et il est important d’adopter une attitude vigilante quant aux informations que l’on communique en ligne. Ce conseil vaut également pour votre entourage, notamment les plus jeunes, qui ne sont pas toujours conscient(e)s de ces enjeux.

 Parfois, il est malheureusement trop tard. Il est cependant encore possible de se tourner vers la protection juridique « Vie privée ».

Celle-ci vous ouvre des droits en cas :
– d’usurpation d’identité
– d’atteinte à l’e-réputation (informations diffamantes, données pouvant porter atteinte à votre image)
– de cyberharcèlement (par exemple le harcèlement scolaire de vos enfants ou petits-enfants ou les attaques liées au physiques ou des positions digitales particulières)

Nous vous invitons donc à relire attentivement votre contrat pour connaître en détail la protection juridique à laquelle vous avez droit et, si besoin, de vous rapprocher de votre mutuelle pour choisir une solution plus adaptée à vos besoins.